Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Article


" Ciel, j’ai mon Verseau dans le Capricorne ! "



Vous avez peut-être déjà entendu des bruits de couloir disant que les Signes astrologiques se seraient déplacés avec le temps, et que votre signe natal par exemple ne serait pas celui que vous croyez ?

Ne croyez pas ces sottises, colportées par des personnes ignorant autant l’Astrologie que l’Astronomie !

Rassurez-vous, votre signe astrologique est juste.

Je suis astrologue, et j’étudie aussi l’astronomie. Pour moi, ce sont deux visions complémentaires, nullement opposées. Je me propose donc d’éclairer cette méprise. Si vous voulez élucider la question, vous trouverez ci-dessous des éléments détaillés.

N’hésitez pas à partager cet article pour stopper la confusion qui vise sournoisement à discréditer, une fois de plus, la science spirituelle de l’Astrologie !


En effet :Le Zodiaque des Astronomes et le Zodiaque des Astrologues ne coïncident pas !

Tout simplement parce que l’Astronomie regarde les Constellations (les étoiles visibles dans le ciel) alors que l’Astrologie se base sur les Signes reliés aux saisons. Les deux systèmes sont autant scientifiques l’un que l’autre.


Dans des éphémérides astronomiques, nous pouvons lire à chaque changement de signe, par exemple pour le 20 mars, jour du printemps et début du zodiaque astrologique:

« Le Soleil gagne le signe astrologique du Bélier (0°) mais "dans la réalité" il est dans la constellation des Poissons jusqu’au 19 avril ».


Ce à quoi un Astrologue répond :

« "En réalité", le Soleil entre dans le signe astrologique du Bélier, tandis qu’il séjourne dans la constellation des Poissons. »


En effet, les signes astrologiques sont décalés par rapport à l’emplacement des constellations, et ce décalage nourrit sans cesse le rejet mutuel de l’Astronomie vis-à-vis de l'Astrologie, de la science extérieure vis-à-vis de la sagesse intérieure, ce qui nuit en définitive à la Vérité que chacun recherche pourtant avec ferveur ! Car l’opposition n’est jamais source de connaissance, c’est plutôt une preuve d’ignorance (de part et d’autre). La Vérité n’est approchée que dans la tentative de s’élever au-delà de la dualité, dans une perception qui concilie et transcende les points de vue opposés.


« En réalité » les deux systèmes sont justes, mais ils représentent des points de vue différents :


Le Zodiaque des Astronomes est basé sur les Constellations visibles dans le ciel, c’est-à-dire les groupes d’étoiles visitées successivement tout au long de l’année par le Soleil et son cortège de planètes (les Astronomes comptent aujourd’hui… treize Constellations zodiacales, puisqu’aux douze traditionnelles, ils ont ajouté « Ophiucus » qui pose ses deux pieds sur l’Ecliptique -c’est-à-dire sur le cercle apparent de la course de notre étoile, le Soleil). C'est une erreur scientifique et spirituelle, voir l'article et la vidéo à ce sujet sur ce site.

Ce système est appelé « sidéral » (du latin « sidus » : astre). Les constellations sont de tailles différentes.

La vision des Astronomes est basée sur l’observation des étoiles pour explorer l’univers, ce qui est au-delà de la Terre : ils lèvent leur regard vers le cosmos.


Le Zodiaque des Astrologues est basé sur les Signes reliés aux saisons sur Terre : ils sont au nombre de douze, leur rythme est régulier et leur taille est identique, chaque signe couvrant 30° de la roue du Zodiaque des signes.

Le Zodiaque des Astrologues se base sur des données tout aussi « scientifiques » que celui des Astronomes puisqu’il repose sur les deux solstices et les deux équinoxes qui marquent chaque année l’entrée dans les quatre saisons (dues à l’inclinaison de la Terre par rapport au Soleil).

Ce système est appelé « tropical » (du grec « tropikos » : tour, relatif à la révolution du Soleil).

La vision des Astrologues est basée sur un rapport Terre-Soleil : ils mettent la Terre au centre de leurs préoccupations c’est-à-dire l’être humain incarné et la nature (à travers les saisons).


Le point de départ du Zodiaque (degré 0°), tant chez les Astrologues que chez les Astronomes, est « le Point Vernal ». Le Point Vernal est un point mathématique déterminé par l’intersection entre le plan du Soleil (sa ronde dans le ciel sur un an, vue de la Terre ou Écliptique) et le plan de la Terre (le prolongement de l’Équateur terrestre dans l’espace, appelé « Équateur céleste »). Le plan du Soleil et le plan de la Terre se croisent deux fois dans l’année : une fois, à l’équinoxe de printemps le 21 mars, c’est l’emplacement du Point Vernal ; une autre fois, six mois plus tard, à l’équinoxe d’automne le 21 septembre, c’est l’emplacement du point opposé au Point vernal, appelé Point automnal.


Ce qui différencie la vision sidérale astronomique de la vision tropicale astrologique, c’est que le Point Vernal n’est pas positionné de la même façon dans le Zodiaque :


Le point de vue astronomique projette le Point Vernal sur la voûte céleste des Constellations : actuellement, à l’équinoxe de Printemps, le Point Vernal se situe environ à 7° de la Constellation des Poissons. C’est en Astronomie, le point 0° du Zodiaque des Constellations. Ce point rétrograde chaque année de 20’ ou de 1° tous les 72 ans environ (selon un phénomène appelé « La Précession des Équinoxes).

C’est pourquoi nous sommes indéniablement dans l’Ere des Poissons (et pour 500 ans encore), car les Ères historiques sont déterminées par la Précession des Équinoxes.


Le point de vue astrologique fixe de façon immuable chaque année le début du Zodiaque des Signes (0°) à l’Equinoxe de Printemps marqué par le Point Vernal. Par conséquent, le Point Vernal correspond à 0° du Bélier dans le Zodiaque tropical.


A notre époque, il y a donc une différence de 23° entre le point de référence du Zodiaque sidéral et celui du Zodiaque tropical. D’où la querelle où chaque partisan d’un système n’hésite pas à récuser l’autre. Ainsi donc, des milliers d’êtres humains consacreraient leur vies, de part et d’autre, depuis des siècles à fonder des systèmes erronés ? Non, bien sûr. Il faut simplement replacer chaque point de vue dans son contexte, en fonction de son but.


L’Astronomie officielle actuelle explore l’Univers sensible. Elle y cherche l’origine de la création physique. Cette forme de connaissance se fonde sur des preuves matérielles et ne se préoccupe pas du supra-sensible c’est-à-dire de la dimension spirituelle de la vie. C’est un point de vue qui repose entièrement sur la connaissance matérielle des phénomènes célestes. Ce type d'Astronomie matérialiste, je dirais, a pris véritablement naissance au 17 siècle avec le développement d'une pensée cérébrale coupée du monde spirituel.


L’Astrologie étudie depuis des millénaires l’influence des Astres sur la vie terrestre, dans la nature et sur l’être humain qui évolue sur Terre. Elle tient compte depuis son origine d’une interaction entre le céleste supra-sensible et le terrestre sensible. Elle constate que l’être humain -et la Nature qui l’environne- sont intimement façonnés selon des lois et des influences cosmiques. Elle considère que l’être humain est créé à l’image du Monde spirituel, c’est-à-dire constitué des Astres (planètes et signes du Zodiaque). Son expérience est irréfutable puisqu’un être humain né fin Janvier par exemple présente bien des caractéristiques essentiellement liées au signe du Verseau, qui est celui qui correspond à cette période de l’année et au 2ème Signe de l’hiver.

L’être humain vivant sur Terre peut se connaître lui-même en tant qu’individu et comprendre son évolution terrestre grâce au Zodiaque astrologique, car la sagesse astrologique est fondée sur un système qui étudie l’action du ciel sur la Terre : c’est le système tropical. Or l’être humain est un être spirituel, issu du Monde des Etoiles et des planètes, mais qui évolue sur la Terre.


Au-delà de la sphère terrestre, le Soleil et les planètes sont également en relation avec les Mondes stellaires que sont les Constellations : c’est ce que nous observons avec leurs positions dans le Zodiaque sidéral (vision astronomique, qui peut être vérifiée par chacun en élevant son regard vers la voûte céleste étoilée). Les Constellations régissent un cadre plus cosmique, plus vaste que la vie humaine individuelle, qui concerne l’humanité entière comme par exemple la question des Eres zodiacales.


Bien stellairement votre,

Brigitte Maffray


* Voir aussi le livre « Astrologie Sophianique » de Pierre Lassalle, chapitre 1 (Ed. Terre de Lumière)

* Pour en savoir plus sur « Dans quelle Ère vivons-nous, Poissons ou Verseau ? », voir le livre « La Vie spirituelle » de Pierre Lassalle, chapitre 10.